Le surpoids et l’obésité stagnent en France mais la prévalence reste élevée.

La nutrition est déterminante pour l’état de santé notamment en ce qui concerne la morbidité et la mortalité. L’alimentation, l’exercice physique et la sédentarité augmentent le risque ou protègent la population de nombreuses maladies chroniques en France et dans le monde. Le surpoids et l’obésité sont des facteurs de risque importants de développement de maladies cardiovasculaires et de diabète.

Ce phénomène engendre des répercussions sanitaires, sociales et économiques d’où la nécessité de mettre en place des politiques publiques de prévention de l’obésité pour réduire la prévalence.

Le 13 juin dernier , Santé publique France a publié un bulletin épidémiologique (BEH)  sur l’ évolution de la corpulence des enfants et adultes (6-74 ans) en France  sur 10  ans entre 2006 et 2015 en se fondant sur deux études nationales : ENNS (2006) et Esteban (2015). Pour réaliser ces travaux, les chiffres de l’étude Esteban ont été comparés à ceux de l’étude antérieure.

Les résultats indiquent une stabilité du surpoids et de l’obésité en France chez les adultes et les enfants. « En 2015, chez les adultes, la prévalence du surpoids (obésité incluse) était de 54 % chez les hommes et 44 % chez les femmes, et l’obésité atteignait 17 %, sans évolution depuis 10 ans (prévalence du surpoids = 49 % dans les deux études) ». L’étude Esteban révèle  que « La prévalence de l’obésité était deux fois plus élevée chez les 55-74 ans que chez les 18-39 ans. » et que « En 2015, chez les enfants, cette prévalence était de 16 % chez les garçons et 18 % chez les filles, sans évolution significative depuis 2006. Malgré sa stabilisation sur 10 ans, la prévalence du surpoids et de l’obésité reste importante, ce qui requiert des politiques publiques ambitieuses pour en inverser la tendance et réduire ses effets sur la santé. »

Autre constat inquiétant : la maigreur en augmentation chez les plus jeunes , passant de 8 % à 13 %. Cette hausse touche particulièrement les filles de 11 à 14 ans : « L’augmentation de la prévalence de la maigreur était quant à elle statistiquement significative chez les filles de 11-14 ans, passant de 4,3% en 2006 à 19,6% 10 ans plus tard. »

Malgré une stabilité du surpoids et de l’obésité durant ces dix années, les résultats de l’étude Esteban (2015) montre que la prévalence reste élevée. Selon les rédacteurs du BEH, il serait nécessaire de compléter les résultats « par l’analyse de l’évolution des indicateurs de consommations alimentaires, d’activité physique, de sédentarité et des autres marqueurs de l’état nutritionnel. »

Sources :
BEH n°13 du 13/06/2017, " Corpulence des enfants et des adultes en France métropolitaine en 2015 "
Surpoids et obésité : la France stagne, Destination Santé